Amelot bisseuil cour int et fronton

liens utiles

Blog powered by Typepad
Membre depuis 09/2006

« Berges de la Seine : les communicants d'Anne Hidalgo s'inspirent de Gribouille ! | Accueil | Rue Quincampoix (IVe) : avec sa déclaration au "Parisien", le Conseil de la Nuit jette une fois de plus de l'huile sur le feu... »

11 novembre 2018

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

à Louis Rossel
Comme vous, je suis attentivement l'évolution des projets retenus pour le budget participatif sur le site que vous indiquez. merci tout de même!
Malheureusement, je ne vois guère d'avancée en ce qui concerne celui que j'ai cité...
MGD

Elles sont relativement laides et encombrent l'espace public mais c'est quand même mieux que les uritrottoirs...


Ces jardinières ne sont pas inutiles, cher Adrien.

Il est vrai qu'il est regrettable que ces jardinières ne soient pas entretenues mais l'objectif recherché semble atteint. Dans la rue Pastourelle à côté de la poste des bancs et des jardinières ont été posés (accord de proximité = és) depuis bientôt 2/3 ans certes non entretenus mais l'objectif était peut être de combler un espace vide ou de repousser les SDF munis de tentes. Que sais je ? Bref, le suivi est à revoir.

Quant au vote sur le site du budget participatif, il est exacte que le nombre de votant "pour le projet" est donné et celui des opposants est occulté. Un correctif s’impose donc.

Pourquoi donc ne pas donner à des individus qui n'ont aucun mandat électif le droit de décider de l'affectation de 5% du budget d'investissement de la collectivité. C'est notre argent après tout. Confier cette affectation à des technicien mais lesquels?

Aussi, on ne doit pas condamner le principe de ces budgets participatifs.

Quant à savoir ce que sont devenus les autres projets, acceptés, votés ? Il suffit d'aller sur le site et vous verrez le suivi des projets acceptés.

Le budget participatif mériterait qu’on y mette un terme tout de suite. Qu’on ne puisse pas voter contre un projet est pour le moins un déni de démocratie. Tel projet, « plébiscité » avec 435 voix pour, est adopté. Comment savoir s’il n’y en aurait pas eu 5000 contre ? Un projet devrait ainsi voir le jour, à la consternation de plusieurs personnes (après tout, qu’est-ce qui nous dit qu’il n’y en pas 5000 ?) : le projet d’ouverture sur la rue de Rivoli du square de la tour Saint-Jacques, « au droit de la tour, dans l’axe de la rue Nicolas-Flamel » nous dit-on. Tout l’intérêt et le charme de ce square, rénové à très très grands frais il y a quelques années, est précisément ne pas être ouvert directement sur la rue de Rivoli et de constituer ainsi un petit havre de verdure coupé de l’infernale circulation de la rue voisine. Il y a même à parier que c’est cette impression de rupture avec l’environnement immédiat que recherchent les personnes qui le traversent ou s’y arrêtent, ne serait-ce que quelques minutes, le temps d’oublier la ville. Contrairement à ce que ce projet pourrait laisser croire, le square n’est pas fermé, quatre belles entrées aux quatre coins permettent d’y accéder sans contraindre à quelque détour compte tenu de sa petite taille et aucun vilain mur maçonné ne le cache aux yeux des passants, non, seule une grille parfaitement transparente le cerne, puis une belle haie, peut-être trop touffue aux yeux de certains. À quoi rime de vouloir anéantir les choix opérés lors de sa rénovation ? Car bien sûr, ce n’est pas par hasard qu’il est clos, que les paysagistes en charge de son dessin on choisit, à l’époque, de lui donner un caractère intime, préservé des voitures. Et nous touchons là à un autre grand problème de ces funestes projets du budget participatif : l’absence de l’indispensable formation spécifique qui permettrait de décider en conséquence de cause. Ce sont trop souvent ce que l’on appelle des « non-sachants » qui proposent et défendent avec force des projets qu’aucun professionnel de la profession ne soutiendrait. C’est Madame Z qui se croit apte à décider de la décoration de tel bâtiment public parce qu’elle vient de faire rénover sa salle de bains, et parce qu’elle a un petit pouvoir, ou parce que personne ne peut s’y opposer, un projet absurde, mal ficelé est mis en chantier. À cela s’ajoute, hormis les problèmes évoqués par l’article, la légèreté avec laquelle certains projets sont acceptés par une mairie, puis brillamment élus, sans que leur faisabilité n’ait été vérifiée à un moment ou un autre. À croire que seuls les effets d’annonce comptent.

Ces jardinières inutiles et complaisantes sont à l'image de la mandature Hidalgo. Du point de vue esthétique, c'est ce qui se fait un peu partout à Paris en ce moment et qui rend la ville si désagréable.

D accord avec vous Marie sur la mauvaise gestion et le mauvais suivi des projets, l idee est bonne le suivi et les réalisations moin....

Et pour ce qui est des loyers dans le marais je suis plus circonspect quand au fait qu un jeune (ou moin jeune d ailleur car sur ces fameux 50% il n y a pas que des jeunes....) décide de vivre dans 20 m2 pour 900 e aussi beau le quartier soit il alors que dans d autres arrondissements pour le même prix vous avez 10 voir 15 m2 de plus .

Alain

@MGD :
"Que sont devenus les autres projets, acceptés, votés ?"
Réponse ici : https://budgetparticipatif.paris.fr, rubrique "suivi des réalisations".

Cordialement,

Alain: pour 900 €/mois on a entre 20 et 25m2 dans le marais, donc quand on commence dans la vie active célibataire avec 1800 €/mois on est souvent content d'habiter même un endroit tout petit dans un quartier aussi beau.
Mary, vous parlez "d'offrir des pots de fleur à des riverains aisés qui s'en fichent". N'oubliez pas que les riverains aisés paient aussi des impôts, plus que ceux qui sont moins aisés d'ailleurs, ils contribuent donc très largement aux dépenses collectives, sociales, d'équipements etc... de toutes sortes, les pots de fleur compris.
Là, le problème est simplement que la Mairie bâcle la réalisation de ces projets "participatifs" et leur suivi... et qu'il y a toujours quelques idiots pour s'amuser à taguer les murs ( et ceux la sont rarement des "riverains aisés")
Cela montre que ce budget participatif est effectivement une gabegie démagogique, sans cohérence et qui intéresse bien peu de Parisiens au vu des taux de participation au vote

Oui, Alain, ceux qui ont payé pour ces «pots de fleurs » n’habitent certainement pas le Marais. C’est bien ce que je suggérais.

Je voulais juste souligner que l’argent public qui est géré par des élus est le fruit du sacrifice et de l’effort de contribuables extrêmement modestes pour la plupart. Jeter par la fenêtre, pour des projets ineptes, l’argent de leurs impôts est monstrueux, insultant et un manque de respect révoltant.

(Précisément, pour garder en tête la valeur subjective de ces 2000€, il faut réaliser que 13 millions de salariés gagnent moins de 1800 euros par mois et doivent en offrir à la collectivité (pour les moins misérables d’entre eux) 2000 € en impôt sur le revenu ... Alors, selon moi, les “pots-de-fleurs abandonnés“ du Marais, offerts à des riverains aisés (et peu motivés par leur propre projet apparemment), par de la soit-disant “démocratie participative”, c’est indécent.

Mary, avec 1800 € net par mois et célibataire de surcroît je ne connais pas grand monde qui serait dans la capacité de se loger dans le Marais vu le prix dans notre secteur et que généralement il est demandé de gagner au minimum 2 fois le loyer...

Qu' avons nous dans le Marais pour 900 € par mois ???? Un placard à balais ?

Encore, dans ce cas, y a-t-il eu quelque chose de fait.
Que sont devenus les autres projets, acceptés, votés ? par exemple le projet de Pierre COLBOC d'un théâtre pour les enfants dans le IVème?
MARAIS SOURIRE, l'avait-il dénommé...
MGD

EN France 50 % des salariés gagnent moins de 1800 euros net par mois . Si vous êtes célibataire vous payez, dans ce cas, 2000 euros d’impôts sur le revenu. C’est dur, quand on a si peu, surtout à Paris, de sacrifier plus d’un mois de salaire pour remplir les caisses de l’Etat. Alors quand on voit que ce lourd sacrifice d’un modeste citoyen sert à payer un bac à fleurs pour des bobos qui s’en contrefichent, je sens qu’il est temps de des mesures...

Tout projet d’envergure comme celui-ci mérite un budget annuel d’entretien. Manquant ici, il me semble. Sinon l’investissement en capex [capital expenditure = montant investi - NDLR] est perdu. Dommage. C’est notre argent

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)