Amelot bisseuil cour int et fronton
Blog powered by Typepad
Membre depuis 09/2006

« Violences à Paris : Ariel Weil souhaite que les manifestations aient lieu sur le boulevard périphérique.... | Accueil | Alors que la lutte contre l'affichage sauvage marque des points, Attila reste vigilant et réactif ! »

16 décembre 2020

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

Réponse @Vivre le Marais: LIFO ou FIFO malheureusement peu importe, c'est penser réellement que les tagueurs vont être découragés par la couverture de leur tags? ça n'arrive pas et bien au contraire, ils retaguent systématiquement ce qui est repeint et maintenant ils s'attaquent de manière massive aux endroits plus difficile a repeindre comme les portes des copropriétés. La seule solution c'est l'arrestation des auteurs. A ce titre on serait très curieux de savoir la répartition des 125 000 amendes évoquées? probablement en majorité du stationnement et rien sur le vandalisme et les incivilités...

Je viens de lire le plaidoyer de Colombe Brossel. Voilà certainement une bonne personne, mais qui risque de ne pas être à la hauteur de son immense tâche. Je crois que là se trouve l’une des raisons du naufrage progressif de la « Ville lumière » !

C’est gentil tout plein de nous promettre (dans cette tribune, tout est conjugué au futur !) 121 responsables de quartier, le doublement du nombre des agents de propreté, et même l’endoctrinement des enfants !

Une seule action au présent : la récente condamnation de la société Urban Act, mais quoi ? Voici la première saisine de la Préfecture de région, après tant d’années de tags et d’affichages sauvages, aboutissant à une amende administrative encore dérisoire ! On voit bien que la Mairie n’est pas seule responsable, et qu’une action efficace ne pourra pas être conduite sans une alliance des pouvoirs, car elle ne pourrait être que d’ordre pénal, s’en prenant aux personnes elles-mêmes.

Même Vivre le Marais (réponse du 16 déc. à 20h17) ne préconise qu’une riposte « LIFO » s’attaquant à la salissure, non au salisseur. Et pourtant, si j’étais tagueur, me sachant surveillé par les caméras installées depuis Delanoë (et pour lesquelles celui-ci a reçu le prix Orwell (!!), j’hésiterais à m’exposer. Car j’imaginerais une coordination entre la vidéosurveillance et une intervention policière au sol. Mais il semble que cela n’existe pas, n’a jamais existé, et cela se sait.

Le problème est le même que pour les Black blocs. Impuissance devant des manifestants insaisissables. Sauf que les tagueurs agissent plus comme des chats de gouttière que comme des hordes armées. On a du mal à comprendre la même impuissance. Cependant, un élément me chiffonne dans l’information que nous donne Colombe Brossel : 125 000 amendes infligées en 2019 à Paris. Le contact avec les chats de gouttière est donc possible ?

Mais non ! Il y a du flou, comme toujours. A défaut de chats de gouttière, on a sans doute coursé des toutous, des promeneurs de toutous, peut-être aussi des lanceurs de papiers gras. On mélange les sujets et les statistiques. Il y a, dans tout le Marais, quelques dizaines d’endroits stratégiques pour tags et stickers. Stickers ? Cela ne vous donne pas une idée ? Comme les pièges à mites dans nos armoires, comment ne pas imaginer une traque concentrée sur ces quelques points ? Les chats de gouttière bougent, mais ils sont « à la colle » avec des endroits de prédilection, qu’ils aiment. Ramassons-les là, juste là. Pas besoin de 125 000 amendes !

Vos articles sont toujours aussi bien montés ; celui-là liste les « souillures et autres composants » et vous en avez oublié un concernant les chiens !…
La « pisse » est partout dans la partie basse des immeubles, les crottes nos ramassées attendent d'être écrasées. « De mon temps », on apprenait aux chiens à faire leurs besoins dans les caniveaux ; il ne fallait pas longtemps pour leur apprendre !… Et comme vous le soulignez, le balayage passant une à deux fois par jour entrainerait ces excréments dans les égouts et donc les stations d’épuration. A moins que ce soit par économie que les services de la voirie n’ouvrent plus les eaux des trottoirs aussi souvent qu’auparavant, même si ces eaux ne sont pas potables, les volumes doivent être importants.

Merci de ne pas faire d'amalgame et de ne pas mélanger les sujets.

Dans le quartier du Marais à Paris, les passages piétons sont aux couleurs de l'arc-en-ciel, symbole de la communauté gay, lesbienne et trans. Certains opposants demandaient leur retrait auprès du Tribunal administratif. La justice a donné raison à la Mairie de Paris.

Un tag c'est 100 heures de travaux d'intérêt général et plus encore pour récidive. Si contrat non accompli, on ponctionne compte en banque, salaire etc..J'ai vécu quelques mois à Los Angeles il y 20 ans, c'était je crois 300 heures si tag dans le métro. Paris est la ville la plus dégradée que je connaisse. Je voudrais aussi faire remarquer qu'il y a internet pour retrouver les auteurs.

Quand je croise tous les jours des adultes faire uriner leurs chiens sur les portes d'entrée d'immeubles je me dis que le travail à faire pour la propreté est colossal !Et souvent ce sont les memes qui rognent contre la saleté ...

Je n'y crois plus : Paris est sale depuis des années et les tags signalés sur Dans ma rue depuis des semaines et des semaines n'ont pas une égratignure... Vous avez vu l'état des quais aux abords de Notre Dame ? L'état des boites des bouquinistes ? et partout la saleté, les dégradations, le mobilier mal entretenu, les barrières qui traînent partout, les chantiers qui ne sont pas suivis... C'est désolant.

Réponse à Yan : Lisez nous plus attentivement, nous avons émis des idées pour attaquer le problème à la base et pas seulement en nettoyant à grands frais. Il faut un plan d'actions au minimum au niveau de la ville. Nous pensons qu'il faut durcir les sanctions, développer le réseau de caméras de surveillance et intervenir en mode lIFO (last in first out), car la satisfaction du tagueur c'est que son tags demeure. Si on le retire dans les 24 heures et s'il sait que ce sera le tarif chaque fois il s'arrêtera de taguer. On pourra alors s'attaquer aux tags plus anciens...

Madame Brossel oublie que la Ville ne donne pas l’exemple en officialisant les tags sur les murs sous couvert de « street Art « .
Elle oublie aussi de citer les collages des Femen qui bénéficient de la tolérance de la ville.
Enfin la saleté de notre ville n’est pas un « sentiment » mais une réalité !

Dont acte.
Au-delà des intentions affichées,on attend rapidement de l'efficacité et des résultats concrets

Si je comprends bien le Maitre Mot est la "Réduction des déchets". Il fallait y penser ! Révérence ! Il n'y a pas à dire "la Démarche écologique " a des Idées. Ca c'est un programme efficace et rapide. Et nos chères petites têtes blondes lorsqu'elles seront grandes etc...
Je serais curieuse de relire le Plan d'action du prédécesseur. Une toute petite lueur d'espoir Madame Brosselle étant une femme (Pardonnez-moi Messieurs et même Mesdames) elle sait,peut-être, que le balai ne suffit pas pour laver le sol d'une cuisine et qu'il faut de temps en temps frotter,brosser et passer la serpillère??. Espérons également que Madame Brosselle et Monsieur Grégoire se joindront pour "la réflexion sur le nouveau design du Mobilier urbain" en cours (lancée le 20 novembre, sous l'égide de la "Beauté" - oui!oui!On tend le dos!). A titre d'exemple,les anciennes-nouvelles poubelles (arceaux en acier gris en forme de vase)ne permettaient aucun tags ou stickers, les nouvelles-nouvelles (boites en fer toujours grises avec quelques petits "moucharabieh")en sont recouvertes.Idem pour les nouvelles-nouvelles caisses en fer... à fleurs (fanées). Voir future nouvelle sortie Métro Hôtel de Ville/Temple/BHV.

Tout ça c'est bien, mais aucun mot sur le volet répressif et préventif des dégradations et du vandalisme? Nous sommes désabusés par les graffitis par exemple qui re-apparaissent 24h après les nettoyages, qui ne servent donc a rien si les auteurs ne sont pas arrêtés et sanctionnés. Vous nous ne parlez que de "remise en propreté", et jamais d'un vrai plan pour stopper les auteurs des incivilités.

pouvons nous avoir les noms et adresse mail des différents responsables propreté de Paris centre?
Daniel

Je vous invite à regarder le site internet de la société Urban Act, c'est... affligeant!
15.000€ d'amende c'est très bien, espérons que ce sera plus encore en cas de récidive.
Il faut que cette société mette la clé sous la porte.
Bravo pour cette condamnation!

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)