Amelot bisseuil cour int et fronton
Blog powered by Typepad
Membre depuis 09/2006

« Rue N.D. de Nazareth (IIIe) : un immeuble digne du Guiness des records ? | Accueil | La Tour Saint-Jacques à l'honneur : la Maire de Paris inaugure une plaque célébrant son inscription au patrimoine de l'UNESCO »

20 décembre 2018

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

Entièrement d'accord avec Steven Joseph! Que de temps perdu en palabres et contorsions procédurières, alors que le passage sombrait à vue d'oeil, au sens propre du terme. Quant au débat sur la forme des pavés, il a le mérite d'occuper la plus monomaniaque d'entre-nous. Mais pas maniaque au point de participer au ramassage de détritus ou autres petits gestes citoyens qui rendent la vie plus agréable sur cette artère. Allez, en ce jour de Noël, si nous nous réjouissions tout simplement de pouvoir profiter désormais de ce bel endroit commun?

À Monsieur Steven Joseph : Temps record?

Votre copropriété, précisément, a mené courageusement et généreusement 16 ans - oui 16 ans- de combat judiciaire , contre toutes les autres (et en particulier le CCS) pour tenter de faire réaliser les travaux de conservation dans ce Passage historique.
Au moment précis où la Justice se prononçait enfin et que les travaux étaient inéluctables cette fois, le Centre culturel a réussi à obtenir à la dernière minute (par surprise) que le juge lui confie la maîtrise d’oeuvre des travaux de conservation privant ainsi tous les copropriétaires de leur droit de regard et de contrôle - avec le résultant navrant que vous connaissez et que la Suisse va vous facturer avec intérêts. (Combien?)

Le Centre culturel a ainsi réussi, en supprimant les pavés traditionnels du Marais, à transformer cette minuscule et fragile ruelle historique en passage public, non piétonnier, quasi-cimenté, conforme à ses intérêts d’Etablissement recevant du Public (ERP). Ceci ne pouvait être obtenu que par un coup de force (et non un tour de force) en contournant les autorités administratives et en spoliant les copropriétaires de leur droit de regard sur le devenir de cette impasse.

Nous ne pouvons nous féliciter de comportements aussi provocateurs qui se développent dans le Marais, sous l’oeil complaisant des autorités, au bénéfice exclusif du business d’ERP et au détriment de notre patrimoine historique Parisien et des ses habitants.

Le préfet de Paris représente le gouvernement. Il ne peut pas tolérer ce qui s'est passé avec semble-t-il la bienveillance complice de la mairie de Paris

Restauration du pavage absolument désastreuse et de mauvais goût !

Comment peut-il être possible de détruire ainsi un patrimoine inestimable, dans l'impunité totale semble-t-il ?

A suivre ?

Remarques et précisions.
L' entretien et le ravalement des façades donnant sur le passage sont du ressort de chacune des 4 copropriétés (de la rue des Francs Bourgeois et de la rue Vieille du Temple) pour leurs façades respectives. Cette question est totalement indépendante de la chaussée qui constitue une copropriété dont le statut n'avait jamais été défini.
Il a fallu de nombreuses années de procédures pour que la justice rende son verdict et définisse, récemment, la part de chacune des 4 copropriétés (à partir d'un texte de 1895) pour permettre la remise en état de la chaussée pavée. A la surprise générale, la justice n'a pas jugé utile de créer un syndicat des 4 copropriétaires de cette chaussée. C'est ainsi que le Centre Culturel Suisse, seul, a pris la responsabilité d'engager les travaux (et prendre en charge le surcoût dû à la taille des pavés), sans respecter les règles en vigueur.
Seul le jugement tardif (et non le Centre Culturel Suisse) a permis de remettre en état cette chaussée dangereuse. Il n'en demeure pas moins que le Centre Culturel Suisse a pris une décision (taille des pavés) illégale. Un Etat n'est pas au dessus des lois et les autorités chargées de les faire appliquer ne peuvent pas accorder de dérogations rétroactives.

Pascal Rousseau


Oui mais combien d'années d'inaction et de chevilles tordues qui ont du conduire le centre culturel suisse à faire pavé net...
La qualité des restaurations dans les règles de l'art ne doit pas conduire à des délais aussi grotesques que les régularisations tardives peuvent l'être aux yeux de certains riverains et de notre vigilante association.
Bon et puis le centre culturel suisse ne pouvait décemment pas s'implanter sur une arrière cour de la place de la Bastille...

Et voici , triomphalement, un permis de travaux, ridiculement affiché sur place, 6 mois après l’achèvement des travaux (que personne ne rie !) qui ont abouti sans autorisation des coproprietaires à la vandalisation des pavés qui furent irrémédiablement dégradés par le Centre culturel Suisse (qui s’était chargé des travaux à la barbe des 4 syndics en charge).

On se demande à quoi servent les soit-disant deux mois de recours donnés a posteriori par ce permis aux riverains - délai qui aurait du leur permettre de vérifier que les Suisses exécutaient ces travaux conformément à l’expertise judiciaire réalisée.

On peut se demander pourquoi le maître des travaux, l’architecte monsieur Pasco, a omis de vérifier l’existence de l’autorisation de travaux, d’autant plus que cet homme expérimenté travaillait sur une impasse historique, entre des immeubles classés et dans le secteur protégé. Je crois que ce professionnel va avoir du mal à nous faire «avaler» un oubli innocent .

D’ailleurs ce permis de travaux n’a été demandé par le Centre culturel suisse qu’à la suite du scandale soulevé par le Canard enchaîné début Septembre . (en fait c’est la Confédération Suisse qui a demandé la régularisation du permis. Le CCS qui fut le Maitre d’oeuvre a opportunément disparu du permis - certainement pour lui d’éventuelles poursuites sur le territoire- en effet quel riverain irait poursuivre l’Etat Suisse et ses deep pockets?)

L’avantage de ne pas demander un permis de travaux permet de tenir à distance l’architecte des Bâtiments de France qui est ainsi mise devant le fait accompli et qui « baissera les bras » moyennenant quelques doux conseils de la Mairie du 3ème; Cela permet aussi à un ERP (établissement recevant du Public) d’éviter les visites de sécurité du chantier et de continuer à mettre ses clients et touristes en danger sans être inquiété; cela permet surtout d’éviter des vérifications intempestives et recours des riverains et copropriétaires.

Alors, comme il n’y a aucune sanction et des possibles arrangements « a posteriori », pourquoi s’embarrasser de la Loi?

De toute façon, quelles sanctions? les directeurs du Centre Culturel Suisse sont déjà retournés en Suisse pour occuper leur nouveau poste où ils pourront défendre tout aussi «brillamment» la Culture (au frais du contribuable Suisse cette fois).

Je félicite le Centre Suisse d’avoir contourné les obstacles administratifs pour mener à bien cette délicate rénovation dans un temps record. Une régularisation qui vaut d’être accordée sans soucis procéduriers. Notre chancre a disparu et les valeurs du patrimoine ont été bien maintenues.
Steven Joseph, co-propriétaire, 64 rue Vieille du Temple.

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)