Amelot bisseuil cour int et fronton
Blog powered by Typepad
Membre depuis 09/2006

« Circulation dans le centre de Paris : la mairie défend son concept de piétonisation devant les résidents et la presse... | Accueil | Des parisiens interpellent les provocateurs qui noyautent la mairie de Paris : ils rachètent un banc ancien aux enchères publiques pour le rendre à la Ville ! »

17 mai 2021

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

Paris est devenue une cour des miracles ou une ZAD indigne. Rien n'est anticipé et aucune consigne esthétique n'est venue de la mairie qui avait largement le temps, cet hiver, d'anticiper une charte précise et utile. L'état de Paris est catastrophique.

@Eric L | 18 mai 2021 à 09:29

Effectivement un incendie "involontaire" est si vite arrivé comme dernièrement rue Étienne Marcel où des scooters et autres deux roues motorisés on pris feu en pleine journée.
Les terrasses "éphémères" étant principalement en bois , un acte malveillant est vite arrivé du fait de l'exaspération de certains.

Il est surprenant que la Préfecture de Police ne s'exprime pas sur la question des terrasses, et laisse faire, alors que le risque terroriste est réel. Très facile pour un automobiliste mal intentionné de foncer sur une terrasse et ses occupants qui deviennent des proies faciles.

Il est évident que la pérennité des terrasses s'inscrit dans le parachèvement et la consécration du chef d'oeuvre "Paris piétonnier et festif" sans oublier l'aspect financier des redevances à venir. D'accord avec Renato non pas pour maintenir mais développer la pression car 1) au bout de X temps d'existence, il sera pour ainsi dire impossible de revenir en arrière 2) A. Hidalgo a (pour l'instant) des velléités de Présidence nationale et toute "bronca" parisienne ne sert pas ses intérêts (mais peut-être ceux de E.Macron - un petit coup de mains SVP.)Raison pour laquelle d'ailleurs elle fait semblant de moyenner. La seule issue pour lutter est le(s) recours juridique(s) sur la légalité de l'ensemble du "Montage" (terrasses, parking, etc vus sous l'angle Domaine public, liberté de circuler, limites de l'autorité du Maire etc etc ). Concernant la distorsion de concurrence entre ceux qui peuvent et ceux qui ne peuvent pas avoir de terrasse, elle ne peut être invoquée que par les commerçants lésés. (les parisiens/habitants n'ont pas d'intérêt à agir me semble-t-il sur ce seul sujet ou alors et encore en global sur la légalité de l'ensemble du système mis en place).

Que dire des terrasses ne correspondant aucunement à un café-restaurant ? un exemple de terrasse peinte en bleu électrique(accordée par la Mairie) rue st Paul occupe une place assez vaste devant un espace aussi bleu de co-working....!!!! une autre rue des Archives occupe le double de la surface du restaurant etc...

Les télé-réunions (qui interdisent le face à face direct verbal, protégeant ainsi les élus) ne servent pas à grand chose puisque la Mairie de Paris se considère comme LA propriétaire de tout l'espace parisien...

Les contrôles sont et seront tout aussi inexistants en ce qui concerne les terrasses qu'ils le sont concernant l'anarchie sauvage des trottinettes "à 2 places" roulant et laissées n'importe où, vélos-rois des infractions, motos vrombissantes, polluantes,occupant gratuitement tte place disponible...

Merveilles de vie "apaisée" réappropriée"...quelle sinistre plaisanterie! Faire signer une pétition écrite par toutes les associations et la publier ? Ecrire à M. Weil ?

La vie à Paris pour les riverains, les piétons, mais pas seulement, va devenir un enfer. Ces terrasses, compte tenu de tous les abus déjà en temps normal, et pire encore l'été derniers, vont transformer vos jours de télétravail et vos nuits en cauchemar.Tout dans cette fausse bonne idée est inique et laisse la porte ouverte à une nouvelle fracture sociétale. Alors que tout ce que nous souhaitons tous, c'est sortir enfin de cette pandémie et de cette crise monumentale pour retrouver la paix et une certaine qualité de vie tellement mise à mal. Et tous, nous le méritons. Les riverains sont vent-debout et il faut souhaiter que les associations s'organisent avec leurs membres pour manifester haut et fort leur désaccord fondamental sur ce dossier de terrasse dites "éphémères". Il faut que la Mairie comprenne qu'elle se rend impopulaire auprès des Parisiens, y compris ceux qui ont élu Madame Hidalgo. Et si celle-ci brigue les présidentielles, il serait judicieux de ne pas faire parler de soi pour de mauvais projets et attiser les foudres, les mauvais papiers, les pluies de critiques et l'orage dans les médias et dans la rue. Au Kenya les Masaïs ont un proverbe très imagé qui dit qu'"une petite herbe peut faire tomber un éléphant". La France a eu ses désormais mondialement connus gilets jaunes... Si les associations et les riverains se mobilisent, Paris risque bien d'avoir de nouveaux manifestants. Une mauvaise presse pour les touristes qu'ont souhaite faire revenir. A bon entendeur...
Bref, tout cela est tellement dommage au moment où nous avons tant besoin de PAIX

Malheureusement il n'y a pas grand-chose à attendre de la mairie dont on voit bien qu'elle laisse faire, voire suscite ce genre d'installations.
Je suis prêt à parier que cela va durer des années. Qui parie?
L'équipe municipale actuelle a été largement réélue, elle se croit tout permis, après tout elle a raison.
Il fallait réfléchir avant de voter.
En démocratie, on a les élus que l'on mérite.

En principe la rue est faite pour la circulation des véhicules et le trottoir pour celle des piétons. Les terrasses éphémères sur la voie publique entraînent des "bouchons", regroupements de personnes qui accaparent l'espace physique et sonore et entravent la mobilité et le plaisir de vivre tout simplement (les oiseaux meurent de trop de bruit). Ça ne gêne pas les plus "forts". En revanche ça rend compliquée la vie des plus faibles comme les "vieux" et les personnes en situation de handicap, ceux qui ne peuvent monter ni sur un vélo, ni sur une trottinette et qui voudraient simplement pouvoir monter en sécurité sur les trottoirs. Le centre de Paris ne serait-il destiné qu'au plaisir d'êtres dont la jeunesse ainsi que la santé physique et financière leur permet de faire la fête jusqu'au bout de la nuit ?
Noëlle Roy

La stratégie de la mairie est claire, c'est pourquoi il faut maintenir la pression.

Actuellement c'est la loi de la jungle.
Elle laisse volontairement dégénérer la situation pour imposer a terme un nouveau règlement qui pérennisera les terrasses pour plusieurs années avec des contres parties réglementaires soi-disant plus contraignantes mais qui dans les faits seront peu ou pas appliquées.

Entre temps, comme la colère gronde, on communique (Mr Grégoire cette semaine) sur d’hypothétiques contrôles à venir alors que de l'autre coté depuis plusieurs semaines, on laisse les restaurateurs s'installer n'importe comment.
Je vous parie que rien ne sera démonté avant fin septembre. Encore un été de gagné.

Entre temps on essaye de renvoyer le dossier vers les maires d'arrondissement sans leur donner les moyens de contrôle et de sanctions.

Aucune réponses a des questions concrètes :
- quelles sanctions pour les fautifs
- qui contacter, a quel numéro pour avoir une intervention immédiate a 23h en cas de débordements...

Je ne serais pas surpris, une fois le nouveau RET voté, dans quelques années, de voir l'heure de fermeture de 22h étendue à 23H voire au-delà. Technique classique des petits pas.

Dernière question, est-ce qu'un expert peu creuser la validité juridique des terrasses actuelles ? J'ai bien peur qu'en cas d'incendie accidentel qui endommagerait des immeubles adjacents, que les assurances ne prennent pas en charge le sinistre.

Il faut absolument interdire ces terrasses implantées sur des places de livraisons.
C’est scandaleux:des bouchons car les livreurs ne peuvent plus se garer, résultat du bruit,des Klaxons de la pollution.
Bravo la mairie et merci pour les habitants qui subissent .

Sans être offensant, les terrasses de Paris sont dorénavant gérées comme le sont certains cabanons de plage ou de camping français ou espagnols en bordure de la Méditerranée en 100 fois pire

Madame Hidalgo: auriez vous donc une double nationalité pour avoir un tel cumul de goût pour le désordre et l'anarchie.

Vraiment, vous ne méritez plus Paris !

Je crois effectivement qu’il faut, dans la mesure du possible, maintenir la pression. Nous mêmes, individuellement devons aussi y participer en écrivant en masse à la mairie
Je vois fleurir des installations hallucinantes, notamment une énorme terrasse close que les piétons doivent contourner à grand peine rue Saint Paul sur le terre plein derrière Monoprix (poussettes et fauteuils roulants n’ont qu’à passer ailleurs tellement le résidu de trottoir restant est ridicule) ou rue Beautreillis où l’installation est disproportionnée au point qu’on croirait une scène pour un concert tant le « plancher » est haut et la largeur dépasse celle de la place de livraison sur laquelle elle est installée (il n’y a pas de petits profits...)
Ce qui se passe est un pur scandale, tant d’un point de vue esthétique, que sonore ou civique -car c’est quand même notre espace commun qui est livré à des intérêts marchands individuels sans notre assentiment.
Enfin c’est une distorsion de concurrence anormale, tous les restaurants ne pouvant pas le faire (heureusement pour nous,...) et les autres commerces ayant souffert de la crise étant complètement négligés par la mairie ( ou carrément coulés par ses pietonnisations aberrantes)

Habitant du 4ème arrondissement, et plus précisément rue des rosiers, nous sommes ma famille et moi-même désespérés: nous avons acquis notre bien il y a 4 ans et nous le regrettons fortement. Dans ce pâté de maison aux allures sympathique, se cache une grande anarchie: celle des nouvelles enseignes arrivées depuis à peine quelques années et qui font régner leur loi. Je vous assure qu'il devenu difficile de vivre dans ce petit périmètre qui il y'a peu était un havre conviviale qui relatait l'ambiance historique du fameux quartier juif.
Aujourd'hui il n'en est plus rien: la dérive des restaurateurs a transformé ce quartier en une réelle porcherie qui durant les nuits devient le paradis des ras, et où les trottoirs sont devenus inaccessibles à cause des terrasses sauvages, plus qu'éphémères, qui envahissent les minuscules trottoirs à peine large pour un seul piéton. Malheureusement les services d'ordre ne font rien contre ce désordre, nous laissant croire à de réels passe-droits. Nous espérons vivement que cela ne se reproduise plus ces prochaines semaines, ce qui pour sûr entraînerait des heurts sévères entre commerçants irrespectueux et riverains. J'en appelle à Mme Hidalgo, pour faire respecter ce qu'elle a mis en place dans le respect des parisiens qui lui sont si chers.

Continuons de mettre la pression. Je ne suis pas du tout convaincu par le présupposé : "les commerçants ont besoin de relancer leurs affaires mises à mal par la crise du Covid".
C'est vrai pour nombre d'entre eux bien entendu, mais ne s'applique pas à tous:
1/ d'abord on oublie que les aides de l'Etat ont été beaucoup plus généreuses pour preuve le nombre très limité de restaurateurs / bars qui se plaignent depuis plusieurs mois, car les aides fonctionnent (à la différence de l'année dernière)
2/ les établissements ciblés dans votre article, ceux qui "y vont" sans retenue ont de plus fait d'excellents mois pendant leur réouverture l'année dernière
3/ il s'agit surtout pour la mairie d'utiliser sans remords cet alibi pour supprimer aussi définitivement que possible d'anciennes places de parking, sans se soucier ni de la privatisation de l'espace public, ni du bruit et des nuisances pour nous riverains, ni de l'esthétique des rues

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)